Time out! Savoir prendre un temps d’arrêt pour se recentrer

Rémi Tremblay

Point de vue – Rémi Tremblay

Ancien PDG d'Adecco Canada, Rémi est président et fondateur depuis 2004 de La Maison des leaders, une firme qui accompagne les leaders qui souhaitent repousser les frontières de leur leadership. Il est également auteur de trois ouvrages : "Découvrez le bonheur au boulot", "Les fous du roi" et "J'ai perdu ma montre au fond du lac".

Cet article fait suite à la série Leadership de conscience avec Rémi Tremblay.  Vous pouvez visionner l’entrevue avec Rémi ici.

Savoir prendre un temps d’arrêt pour se recentrer

Comme plusieurs d’entre vous, qui êtes parents, j’assume avec joie une part de ma mission de père en assistant aux matchs de soccer, de basketball ou de football de mes fils. Je quitte le bureau à toute vitesse, j’attrape au vol un de mes garçons et trois de ses coéquipiers, et nous fonçons au parc.
Je suis un vrai fan! OK, je ne saisis pas toujours toutes les subtilités du jeu ou des pénalités, mais, au moins, je fais semblant de comprendre. Je suis debout dans les gradins. Je crie. Et j’apprends.

C’est à l’occasion d’un des premiers matchs de basketball auxquels j’assistais que j’ai véritablement compris la signification et l’étonnant pouvoir du time out. Imaginez, vers la fin du match, l’équipe joue de façon décousue, quasi imprévisible.  J’ai beau ne pas tout comprendre, je réalise quand même que rien ne va plus !  Chaque équipier semble jouer seul. Plus de passes, plus de stratégie commune, plus de complicité. Bref, plus d’équipe. Comme si la couleur des chandails s’était effacée. Les adversaires gagnent du terrain.  Soudain, devant des regards surpris et déçus, un cri se fait entendre : «Time out!»

Pendant ce moment dont je ne saisis pas toute l’importance, j’engage la conversation avec d’autres parents sans me rendre compte que le jeu a repris. Et là, je suis renversé ! C’est comme si une nouvelle équipe s’était emparée du terrain. La complicité est revenue, une volonté commune et une énergie renouvelée émanent du groupe. Un panier, deux paniers… Yessss ! Mais que s’est-il passé ?

Après avoir célébré la victoire, j’ai passé un coup de fil à mon amie Danièle Sauvageau, ex-entraîneuse de l’équipe olympique de hockey féminin, aujourd’hui conseillère et
conférencière en coaching exécutif et sportif, et lui ai demandé comment je pouvais transposer cet enseignement dans ma vie professionnelle.

«Le time out permet d’abord de se calmer et de se recentrer, explique Danièle. Grâce à lui, on remet le jeu en contexte, on observe la réalité telle qu’elle est. Par exemple, si on perd par un point ou si un des joueurs est épuisé, on révise le plan de match. Puis on réajuste le tir ou on maintient le cap. Le time out permet à chacun de revenir dans ses baskets.»

Dans l’euphorie du jeu, la force de l’ego nous éloigne parfois de nos rôles, de la cible ou du bien commun de l’équipe. Il faut saisir l’occasion qu’offrent les temps d’arrêt et oublier les grandes leçons qui préconisent de les garder pour les derniers instants du match.

« Nous devons écouter notre gut feeling et saisir le bon moment pour revenir ensemble sur le terrain», conclut-elle.

Depuis, j’observe davantage la dynamique des équipes que j’accompagne. Et je marque volontiers un temps d’arrêt dans le feu de l’action. Cela peut prendre la forme d’un cri
de ralliement dans une aire ouverte de l’entreprise; une heure dans un comité de direction pour se demander comment ça va et échanger des idées « pas seulement professionnelles»; un colloque ou un rassemblement pour l’ensemble des employés ; un lac-à-l’épaule pour les cadres ; une pause pour écouter un collègue qui n’a pas l’air
d’aller… Autant d’occasions où l’on peut dire: «Time out!»

Ralentir le rythme est toujours bénéfique. Oui, je sais, ralentir vous semble difficile. Mais avez-vous seulement tenté l’expérience ? Il n’y a pas de limite de time out au sein de votre organisation. Prenez le temps qu’il faut afin de revenir au jeu plus centré et énergisé. Et admirez les résultats.

Rémi

Il faut saisir l’occasion qu’offrent les temps d’arrêt et oublier les grandes leçons qui préconisent de les garder pour les derniers instants du match.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Si vous avez aimé ce genre d’article, n’hésitez-pas à m’en faire part dans la section commentaires et merci de partager cet article sur Facebook, Twitter ou LinkedIn en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa bien sûr ! Merci d’avance :  Facebook Twitter Linkedin c’est une bonne façon de nous dire MERCI!

18 réponses à “Time out! Savoir prendre un temps d’arrêt pour se recentrer”

  1. Excellent, Time out! je suis reparti……

  2. TAGNAN Salif dit :

    Généralement c’est ce qui difficile pour nous les Africains et les jeunes en particulier de savoir prendre le temps pour observer ; relâcher un peu pour afin de respirer pour rebondir avec vivacité

  3. Christian dit :

    tout à fait d’accord aussi! Une simple respiration, 2 minutes de pleine conscience, permettent aussi de créer ce time out dans le monde du travail. Plus d’infos sur ce qu’est cette midfulness: http://k.mi quel@free.fr

  4. Line dit :

    Toujours très ressourçant les propos de Rémi! Merci!

  5. marketing - management connection dit :

    Christian Lemoine, le « pape » de la motivation (il y a quelques années…) le disait déjà avec force : un des piliers de la motivation, c’est le séquencement du temps. Prendre des points de repères, constater à échéances planifiées l’avancement des feuilles de route, prendre le temps de voir « où on en est de l’objectif »… Bref faire des pauses de temps en temps pour apprécier les résultats obtenus. Célébrer. Recadrer l’objectif. Re-compenser. Repartir de plus belle. Et c’est valable individuellement comme collectivement.

  6. akrour dit :

    vous avez complètement raison, avec l’arrêt ça nous permet de voir les choses plus globalement et d’identifier les actions ou les paramètres à manœuvrer pour rester dans la voie de ses performances. Bonsoir à tous

  7. JEAN MARIEA CORO dit :

    Bonjour/ bonsoir à tous,

    Article tellement logique et tellement vrai. La Tête dans le guidon, c’est bien, regarder de temps en temps derrière, voir si tout le monde prend le même chemin, ou si nous en perdons pas en chemin.

    Merci pour ce rappel.

  8. karine dit :

    Dans le sport, on parle aussi de temps mort, pendant lequel on se pose 2 questions :

    Vais-je bien physiquement ? si oui, 2eme question

    Vais -je bien mentalement ? Si oui,

    Go ! on reprend en étant chacun centré sur nos objectifs de maitrise pour atteindre notre objectif de performance.

    ps: si on répond non, aux questions , on sort sa boite à outils !

    Merci pour cet article qui nous autorise à raaaalennntirrrrrrr ! Très peu s’octroie ce temps par perde perdre du temps ou n’en voit pas la réelle efficacité.

    A nous coach, entraineur, manager, de rendre ces time out utile !

    Karine
    http://ecole-du-bien-etre.net/
    Le dernier article de karine: Comment gagner du temps pour son bien-être ? (1)My Profile

  9. GILLES dit :

    D’accord à 100 % avec cette décision qu’hélas déjà nous avons du mal à nous appliquer, mais pour ma part les personnes que j’accompagne non plus. En général, elles en prennent pleinement conscience après avoir passé 2 jours au vert entopuré de chevaux ! Wink) Au plaisir d’un nouvel échange. Gilles

  10. Eric dit :

    En d’autres mots, s’arrêter pour faire le point…
    Notion très semblable au « basique » du management qu’est le processus itératif : PLAN-DO-CHECK-ACT …
    S’arrêter et faire le point, c’est le CHECK qui doit être suivi du ACT (sinon, l’évaluation ou auto -évaluation n’aura servi à rien …)

  11. Maya dit :

    merci pour vos articles.
    il semble qu’il faut savoir faire un »time out! » pour éviter le « burn out ». bonne idée !


Laisser un commentaire

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse

Copyright © 2014 Le Manager Urbain, tous droits reservés.