La reconnaissance de ses employés

Rémi Tremblay

Point de vue – Rémi Tremblay

Ancien PDG d'Adecco Canada, Rémi est président et fondateur depuis 2004 de La Maison des leaders, une firme qui accompagne les leaders qui souhaitent repousser les frontières de leur leadership. Il est également auteur de trois ouvrages : "Découvrez le bonheur au boulot", "Les fous du roi" et "J'ai perdu ma montre au fond du lac".

Cet article fait suite à la série Leadership de conscience avec Rémi Tremblay.  Vous pouvez visionner l’entrevue avec Rémi ici.

Pourquoi je n’aime pas les podiums

Tous les employés ont besoin de reconnaissance. Et nous, les patrons, avons choisi de répondre à ce désir en développant des programmes du type « L’employé du mois ». Nous investissons des sommes parfois importantes pour organiser de grandes soirées au cours desquelles les meilleurs d’entre tous montent sur des « podiums ». Est-ce la bonne façon de faire les choses ?

Je ne crois pas. J’ai l’impression que ces programmes de reconnaissance sont plutôt des programmes de compensation : ils compensent le fait que nous ne reconnaissons pas l’intelligence de nos employés en leur refusant la possibilité de participer aux décisions qui influent sur leur vie professionnelle.  Alors, un soir par an, nous récompensons certains d’entre eux pour ce qu’ils font, plutôt que de reconnaître tous les jours tous nos employés pour ce qu’ils sont.

Il y a deux types de besoins dans la reconnaissance : celui issu de l’ego et celui issu de l’essence.  Celui dont nous entendons le plus souvent parler est celui de l’ego, qui aime les applaudissements et les honneurs. Or, l’ego est déjà le plus grand obstacle à la performance dans nos organisations. Il empêche la recherche du bien commun, fragilise la confiance et freine le dialogue.

Certains programmes de reconnaissance accentuent la concurrence à l’interne au lieu de favoriser la synergie. Même les gagnants que nous pensons heureux se sentent parfois mal à l’aise face à leurs collègues. Un chef d’entreprise m’a confié qu’il avait investi plus de 120 000 dollars pour créer 12 perdants. L’entreprise avait mis 18 personnes en nomination pour des prix à l’interne, et 12 d’entre elles sont reparties perdantes.

On nous accuse d’avoir fait de nos jeunes des enfants rois. Sommes-nous en train de faire de nos collègues des employés-rois ? Doit-on étancher toutes ces soifs de reconnaissance ?

Non. Il faut s’en tenir au besoin de reconnaissance qui vient de l’essence, c’est-à-dire celui d’être considéré comme une personne entière avec son talent, ses rêves, mais aussi ses peurs, ses limites et son envie de ralentir pour réfléchir. Cela nous forcera à revoir notre façon de partager le pouvoir. Tous les employés, sans exception, doivent participer aux grands débats – aussi bien sur la vision de l’entreprise que sur ses activités, chacun selon ses talents et ses intérêts.

Toutefois, pour reconnaître quelqu’un, il faut le connaître.  Pour solliciter un employé pour un projet ou une promotion, il faut apprécier ses forces et ses désirs.

Reconnaître, c’est aussi donner du feed-back quotidiennement.  Car rien n’est pire que l’indifférence. Savoir demander pardon lorsque l’autre avait raison est aussi une marque de reconnaissance. Tout comme faire place à l’initiative afin que chaque employé puisse oser et se dépasser.  La R-D ne devrait jamais être centralisée, mais bien distribuée dans l’entreprise.

La transparence aussi est une forme de reconnaissance. J’ai déjà entendu un contremaître dire pour se justifier que s’il n’avait pas informé ses employés d’un déménagement à venir, c’était pour les protéger et pour éviter de leur causer du stress. Il n’a pas reconnu leur intelligence, leur capacité d’adaptation et leur résilience. La reconnaissance, c’est aussi l’ouverture. Par exemple, face à une demande d’aménagement du temps de travail, cessons d’avoir peur de créer un précédent et acceptons de reconnaître les besoins spécifiques de chacun.

La vraie reconnaissance se manifeste au quotidien dans la relation que nous entretenons avec nos employés. Le jour où les dirigeants auront compris cela, les podiums n’auront plus leur raison d’être. Continuons à célébrer, mais célébrons ce que nous sommes et ce que nous faisons pour changer la vie de nos clients.

Rémi

« Un soir par an, nous récompensons certains employés pour ce qu’ils font, plutôt que de reconnaître tous les jours tous nos employés pour ce qu’ils sont. »

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Si vous avez aimé ce genre d’article, n’hésitez-pas à m’en faire part dans la section commentaires et merci de partager cet article sur Facebook, Twitter ou LinkedIn en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa bien sûr ! Merci d’avance :  Facebook Twitter Linkedin c’est une bonne façon de nous dire MERCI!

20 réponses à “La reconnaissance de ses employés”

  1. Mickaël dit :

    Bonjour,je pense que vous êtes tous les deux dans la vérité.

    Selon moi ce n’est pas la mise en avant de celui qui « performe » qui peut être un danger pour les moins productifs mais l’attitude que peuvent avoir le patron avec ces derniers dans un cadre quotidien et habituel.
    Nous accordons une grande importance au jugement du patron,des parents,des mentors etc…bref de l’autorité.Et nous voulons tous plus ou moins dégager une image positive vis à vis d’elle.
    Je travaillais avec un employeur qui se sentait mal aimé de ses employés.Il n’accordait de crédit qu’à son meilleur commercial.Le reste de la chaîne était pour lui un mécanisme administratif.Je lui ai conseillé d’inclure en permanence dans son débrif hebdo une petite parole valorisante pour la pauvre assistante qui passait son temps à inventer des mensonges aux clients pour couvrir son commercial sans cesse absent.
    Elle a peu à peu gagné en assurance aux débrifs,puis au sein de l’équipe.Naturellement le commercial à revu son emploi du temps et le patron ne faisait plus figure de distributeur de salaire,il devenait une personne à l’écoute de tous.

    Au final il est très bon de valoriser les gens durant une grande soirée,mais le faire (avec tout le monde vous avez raison!) à petite dose au quotidien n’a-t-il pas plus d’impact?

    • Dany Grimard Dany Grimard dit :

      Bonjour Mickaël,

      Vous avez totalement raison et je vous félicite pour le geste posé auprès de votre employeur. Les dirigeants ont très souvent besoin de ce genre de rétroaction qui est un très beau recadrage qui parfois est fait tout simplement de façon inconsciente.

      Au plaisir de vous relire!

      Dany

  2. Wow! Merci! Cet article me parle ce matin. Simple, mais convaincant. Efficace et très intéressant. Merci de ces partages tellement gratifiants et grandissants, que le Manager Urbain nous offre. Cela fait de moi une meilleure personne. Gracias! Smile

    • Dany Grimard Dany Grimard dit :

      Wow, quel beau commentaire Annie! C’est intéressant de savoir que notre travail a de l’impact!
      Au plaisir de vous relire!

      Dany

  3. Simon dit :

    Je trouve que les compétitions et les podiums peuvent avoir du bon… À condition d’être fréquentes et de ne pas valoriser systématiquement les mêmes personnes. Plutôt qu’une soirée annuelle où l’on valorise en grande pompe 5 employés, pourquoi pas un Challenge tous les mois, ou toutes les semaines où l’on se focalise sur des aspects à chaque fois différents de la performance ou sur certains comportements positifs et bénéfiques pour l’entreprise ? Un excellent moyen de valoriser et récompenser le plus grand nombre dans l’entreprise.
    Bien sûr, cela ne remplace pas la reconnaissance au quotidien par le manager et par les pairs : savoir dire bravo et merci pour un travail bien fait, savoir reconnaître que l’on s’est trompé, donner du feedback régulièrement pour aider à progresser, apprendre à mieux connaître ses collaborateurs et leurs spécificités…

    • Bravo, cela ne doit pas être facile à mettre en place mais la réussite d’une entreprise dépend de cela, j’en ai côtoyé beaucoup et des grandes 300 000 personnes et des petites la mienne c’est vrai que j’ai vu un gamin de 20 ans venir au travail avec le pied dans le plâtre. Je lui ai dit mais ! tu devrais ne pas être là? Si ma place est ici ! j’ai vu un responsable et je lui ai demandé comment cela se faisait’il que ce gamin réagisse comme cela? eh bien les responsables suivaient des cours pour améliorer l’ambiance de travaille, partager et aider à faire progresser les collaborateurs, organiser des moments sympa entre collègue. Eh oui cela existe! à la poste j’ai rencontré une femme responsable d’établissement formidable Corinne P à Longwy, cette dernière m’avait également interpellé par sa manière de manager. Il y en a mais pas beaucoup hélas mais cela arrive enfin j’espère!..

  4. Très intéressant, l’essence de la reconnaissance et ne pas sous-estimer l’intelligence des employés. Merci!

  5. Chantal dit :

    Merci Rémi, toujours aussi inspirant. Smile

    Ego… Essence… Reconnaissance… Transparence… Quatre mots qui ont suscité une autre réflexion chez moi ce matin: généralement utilisés pour décrire le travail et le monde des affaires, ne devrions-nous pas également en appliquer les bases dans le monde scolaire? Mes observations du monde scolaire de mes deux adolescents me portent à croire que beaucoup d’importance est accordée aux podiums dans certains cas. Peut-être est-ce la raison pour laquelle ce même système est si bien ancré en entreprise?

    Je crois que lorsque nous réussissons à favoriser les succès d’équipe, tout en sachant reconnaître les bons coups des individus, nous pouvons atteindre des niveaux d’excellence encore plus intéressants. Smile

    • C’est exactement cela ! on va mettre devant un scolaire qui aura des facilités énorme disons qu’il sera doué et feignant, il a les capacités mais pas la motivation, tout est facile et à côté un enfant qui va travailler et s’accrocher pour avoir un petit 8 sur 20, travailler beaucoup pour un piètre résultat mais cet enfant, la différence est qu’il a le goût de l’effort, pas doué mais travailleurs, si un prof est capable de le suivre (ou les) et de l’aider (ce qui est son rôle) il pourra être brillant. Simplement il faut tomber sur les bonnes personnes, des gens passionnés qui aiment leurs métiers et leurs semblables!
      Pour une entreprise suivant le responsable et dirigeant il y aura des performances ou pas ! une bonne ambiance ou pas ! une reconnaissance ou pas ! et quelques fois un élément qui travaille trop bien qui a de trop bonne idée n’est pas le bienvenu ici, car le patron ici c’est moi ! et les bonnes idées c’est moi ! cette personne dérange et sera mise très vite à l’écart dans 90% des entreprises. Trop compétent fera douté enfin c’est ce que je pense mais cela aussi il ne faut pas le dire ! cela dérange ou alors attention comment le dire…

  6. Xavier dit :

    Ce n’est pas une mauvaise manière de dire bravo aux performances exceptionnelles, mais cela s’adresse en général à des fonctions commerciales dont on peut quantifier les résultats, et qui sont souvent déjà largement rétribués pour leur sur-performance. L’art de la reconnaissance c’est de savoir dire « merci » au quotidien, pour les comportements en phase avec les valeurs de l’entreprise : entraide, initiative, esprit d’équipe, fidélité, … Mais à l’heure de Facebook, et des « like », il est bon aussi de favoriser la reconnaissance « peer to peer », à travers les réseaux sociaux internes notamment. Ces outils de reconnaissance font la synthèse entre communication, motivation et management. That’s what we do at Grass Roots. XC

  7. Marc dit :

    Monter sur un podium, ca me fait penser a l employe du mois, en photo dans le hall de son entreprise, vaguement fier d etre reconnu, mais surtout emm… que tout le monde se paye sa tete!
    La vraie question est le sens de la reconnaissance. Celle- ci est exclusivement orientee sur des objectifs quantitatifs de court terme (c est important, bien sur) mais sans s interesser aux motivations et aux valeurs de l individu qui a atteint une performançe. Ne pas s interesser vraiment a ses collaborateurs devient finalement contre-productif. Celui ci ne voit reconnaitre que ce qui interesse l entreprise au detriment de son moteur personnel qui reconnu pourrait entrainer d autres collaborateurs aux memes valeurs.

  8. Sophie dit :

    Par expérience, c’est valorisant de se faire dire que l’on est apprécié non par notre travail, mais aussi par notre attitude et notre façon de communiquer puisque sans employés, il n’y aurait pas de buisness.

  9. Damien dit :

    J’applaudis des deux mains cet article : management sans conscience n’est que ruine de l’âme des entreprises.

    Il est temps que les managers stoppent le management par l’avoir pour passer au management sur l’être. Ce qui suppose tout de même de faire « une prise de conscience ».

    En effet, éveiller doucement sa propre conscience et celle de ses collaborateurs est bien plus porteur d’avenir pour aboutir à des entreprises saines sur tous les plans. C’est la meilleure marque de reconnaissance que puisse recevoir un salarié. Et c’est la garantie que chacun sera traité justement plutôt que comme un incapable dont il faut ménager les nerfs ou comme un grand enfant à qui il est dit de temps en temps devant tous les copains qu’il a été le meilleur.
    Le dernier article de Damien: Leadership en entrepriseMy Profile

  10. Genevieve dit :

    Dans une entreprise, la reconnaissance est un excellent moyen de doper les équipes. Elle donne du sens au travail et contribue au bien être professionnel du salarié. La direction d’une entreprise doit soutenir son développement. C’est un besoin vital.

  11. Isabelle dit :

    Les podiums ne sont pas destinés à reconnaître les salariés « méritants », ils servent à faire reconnaître les dirigeants et l’organisation par les salariés. C’est davantage une démonstration de force, de promotion de l’entreprise.

  12. Christine dit :

    Je pense sincèrement que la reconnaissance se fait au quotidien, c’est très simple et ne coûte pas grand chose. Pour moi, la communication avec les employés est un moyen de reconnaissance puisque on démontre de l’intérêt et de l’ouverture facilitant les rapports supérieurs-employés. Être sur le terrain, les faire participer aux décisions sont des principes simples et, par le fait même, augmentent le travail d’équipe. Pour ce qui est du podium, je trouve cette méthode un peu exagérée, il serait préférable de chercher une autre façon plus discrète. Par exemple, ça pourrait se faire mensuellement au sein de l’équipe de travail et souligner une action gagnante réalisée par un employé.

  13. Laure dit :

    Valoriser régulièrement les actions, les initiatives, les projets, ou les travaux réussis – en tête à tête avec le salarié concerné et le faire savoir à toute l’équipe – n’est-il pas plus humain et plus bénéfique à tous qu’un show plus impersonnel ? C’est du moins ce que j’en pense…pas vous ?


Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] Tous les employés ont besoin de reconnaissance. Nous investissons des sommes parfois importantes pour organiser de grandes soirées au cours desquelles les meilleurs d’entre tous montent sur des « podiums ».  [...]

Laisser un commentaire

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse

Copyright © 2014 Le Manager Urbain, tous droits reservés.